CAHIERS DE L'ECHINOX

CAIETELE ECHINOX. VOLUME 24 / 2013
TOPOGRAPHIES DU MAL (I). LES ENFERS

Coordinateur: Corin Braga

carte
ISSN 1582-960X (RO)
ISBN 978-2-36424-240-1 (FR)
Anul apariției: 2013
Format: B5
Nr. pagini: 304

De même que l’archétype du lieu idéal a engendré plusieurs avatars culturels (Paradis, jardin d’Éden, Âge d’Or, Champs Élysées, Îles des Bienheureux), le contre-type du lieu infernal a généré à son tour maints topoï comme le Ekur mésopotamien, le Shéol, le Hadès, le Tartare, l’Enfer, etc. Aussi bien, le complément humain de ces lieux surnaturels, l’utopie ou la cité de l’homme, a donné naissance à des contestations parfois véhémentes, aux antiutopies, cités de terreur et de cauchemar. Apocalypses, endroits eschatologiques, contrées et cités infernales, témoignent d’une fantaisie anxieuse, spécifique de notre culture ou peut-être de la condition humaine elle-même. On dirait que l’angoisse de la souffrance et de la mort jouit de la représentation imagée de ses frayeurs, pour les apaiser et pour les prendre sous contrôle.
Ces imaginaires du mal, dans toute leur richesse et diversité, ont fait le thème d’un Congrès international organisé les 4-6 octobre 2012 par Phantasma, le Centre de Recherches sur l’Imaginaire de la Faculté des Lettres de l’Université Babeş-Bolyai de Cluj, Roumanie. Le colloque s’insère dans un programme de recherche financé par CNCS (le Conseil National pour la Recherche Scientifique de Roumanie), Exploratory Research Project PN-II-ID-PCE-2011-3-0061, ayant pour titre « Antiutopias. Making and Unmaking the Reality – Assessing Possible Worlds ». Les actes du congrès seront publiés dans deux numéros successifs des Cahiers Echinox : ce premier volume réunit les travaux portant sur les topographies infernales, alors que volume suivant sera dédié aux topographies anti-utopiques.
Au congrès ont participé des spécialistes en littératures, en littérature comparée, classicistes, médiévistes, historiens des religions, philosophes, venus de plusieurs pays du monde: France, Italie, Espagne, Portugal, Belgique, Pologne, Afrique du Sud, Taiwan, Corée, Mexique, Brésil, Argentine et Roumanie. La rencontre a été aussi l’occasion d’une assemblée générale des Centres de Recherches sur l’Imaginaire. Au cours de la rencontre, un comité d’initiative, formé par Jean-Jacques Wunenburger, Philippe Walter et Corin Braga, a proposé la refondation du réseau CRI, sous le nom Centres de Recherches Internationales sur l’Imaginaire (CRI2i), fédéralisant l’activité des centres et des groupes de partout le monde et organisant un congrès annuel itinérant, tenu successivement en Europe de l’Ouest, de l’Est, en Asie, aux Amériques, en Afrique.


Sommaire

Corin Braga, Topographies du mal [7]

Problématiques du mal

Jean-Jacques Wunenburger, Figures schizomorphes du Mal : Satanisme et millénarisme [11-22]
Claudio Bonvecchio, Caino e l’immagine del male [23-30]
Adriana Carrijo & Francimar Arruda, Y-a-t-il un fondement ontologique du Mal ? [31-36]
Philippe Joron, La souveraineté du Mal. Georges Bataille et l’innocence coupable de la littérature [37-48]
Ana Taís Martins Portanova Barros, Symboles de l’enfer : Images de nulle part et de quelque part [49-60]

Enfers mythologiques

Mireille Courrent, La Thessalie, terre vouée au malheur (Lucain, Bellum ciuile, VI, 333-462) [63-71]
Corin Braga, L’autre monde dans les visions médiévales irlandaises [72-96]
Fátima Gutiérrez, Le Venusberg et la légende du Tannhäuser. Paradis païens, enfers chrétiens [97- 103]
Emma Artigala, Temps de la faute, temps de l’angoisse dans l’imaginaire du mal de Jérôme Bosch [104-119]
Anna Caiozzo, L’enfer et les autres : Eschatologie et topographie du mal dans l’Orient médiéval [120-129]
Blanca Solares, L’inframonde et le mal dans la pensée du Mexique ancien [130-136]
Danielle Perin Rocha Pitta, Le mal dans la conception du Candomblé [137-142]
Fanfan Chen, The Threefold Mimesis of Evil in the Myths of Formosan Aborigines [143-153]
Alexandra Gruian, Mourir pour renaître dans les contes de fées roumains [154-164]

Enfers littéraires

Isabelle Krzywkowski, Le jardin noir : topographie décadente pour un contre-éden [167-182]
Barbara Sosień, Le naufrage, la noyade et la mort (in)volontaire : le mal-malheur. Victor Hugo, L’Homme qui rit [183-188]
Renato Boccali, « La faune est l’enfer du psychisme ». Bachelard lecteur de Lautréamont [189-196]
Nicolas Pinon, Métapsychologie du mal. Paul Verlaine : entre alcool et religion [197-208]
Gisèle Vanhese, Géographie infernale et nigredo existentielle dans l’œuvre de Panaït Istrati [209-222]
Helder Godinho, Construire un imaginaire du mal [223-227]
Jean-Michel Devesa, Payerne, 1942 : Le Mal, les monstres et l’ogre dans l’œuvre de Jacques Chessex [228-236]
Ionel Buşe, L’enfer des eaux létales : une vision bachelardienne de la mort [237-243]
Maria Noel Lapoujade, Un possible regard de Bachelard sur Rembrandt [244-250]
Mercedes Montoro Araque, Imaginaires du mal au XXIe siècle : De la revisitation mythique à la réalité apocalyptique du quotidien [251-265]

Book Reviews [269-299]