CAHIERS DE L'ECHINOX

CAIETELE ECHINOX. VOLUME 14 / 2008
LE ROMAN LATINO-AMERICAIN

Coordinateurs: Corin Braga, Andrada Fătu-Tutoveanu

carte
ISBN 2-905725-40-0 (France)
Anul apariției: 0
Format:
Nr. pagini: 0

„El padre Rentería se acordaría muchos años después de la noche en que la dureza de su cama lo tuvo despierto y después lo obligó a salir. Fue la noche en que murió Miguel Páramo.” Comala, l’endroit étrange où le protagoniste de Pedro Páramo, écrit par Juan Rulfo, arrive pour chercher son père, ne ressemble pas du tout aux villages de l’enfance perdue auxquels s’attend le lecteur européen, ni à „l’espace de mémoire” qu’il faudrait recomposer dans une voyage narratif. L’endroit est abandonné et hanté par les voix des habitants dont le dialogue devient une sorte de jeu absurde: leur signification n’est pas toujours réellement révélée et le héros apprendra seulement à la fin du roman que tous les personnages seront morts longtemps avant son arrivée dans le fantastique de Comala. L’un des plus célèbres romans de la littérature d’Amérique latine, Cent ans de solitude, débute avec la réécriture d’un moment de révélation de Pedro Páramo: „Muchos años después, frente al pelotón de fusilamiento, el coronel Aureliano Buendía había de recordar aquella tarde remota en que su padre lo llevó a conocer el hielo…” Macondo n’est pas seulement l’héritage littéraire de Comala de Juan Rulfo, un endroit maudit peuplé de voix toujours changeantes, mais aussi le prétexte d’une remémoration distante, un effort de mémoire presque impossible, différent de ses équivalents dans les cultures nord-américaine où européenne.
Si les premières décennies du XXe siècle représentent l’époque d’innovations techniques en matière de perspective narrative, de voix et d’expressions concernant la subjectivité décentrée, celles-ci mènent vers une impasse le récit classique et ces fonctions traditionnelles que sont l’intrigue et le personnage. Il semble que l’essor de la littérature d’Amérique latine survenu à la fin des années 50 répond aux attentes des lecteurs assoiffés de fabulation. Mais, malgré la pertinence que ce changement stylistique puisse avoir pour le lecteur américain où européen, on ne peut ignorer l’insularité des espaces fantastiques créés par la fiction d’Amérique latine. Au-delà de la vérité historique, les conventions réalistes de la fabulation où les limitations d’un langage littéraire autoréflexif, ces narrations configurent des identités culturelles et définissent un espace culturel nouveau.
Il est certain qu’il existe une particularité authentique de la culture d’Amérique latine. L’identifier est tout aussi difficile que de structurer des valeurs définitives pour une histoire et un espace trop grands. Héritière à la fois de l’Europe de la Renaissance et des cultures métissées appartenant à un grand nombre de peuples indigènes, l’Amérique latine a expérimenté des fluctuations importantes dans la vie sociale, historique et artistique. Au début du XXe siècle, la littérature d’Amérique latine devient l’un des piliers de la littérature mondiale, représentée par des œuvres d’une inventivité narrative extrême, avec des problèmes sociaux, culturels où politiques qui ont profondément remodelé tout ce que l’Europe avait connu. Le réalisme magique, qui est la réalité supra saturée de l’Amérique latine manifestée dans des œuvres fictionnelles, n’épuise pourtant pas cette réalité. La logique de cet espace est transférée, comme une logique nouvelle, dans ces textes plains d’un imaginaire explosif.
L’espace culturel d’Amérique latine dessine un vaste territoire esthétique presque chaotique, entre les extrémités tracées par l’oubli de Cent ans de solitude et la mémoire de Fuňes de Borges. La bibliographie concernant ce sujet est considérable. L’espace fluide de la fiction, tout aussi riche, reste toujours ouvert aux explorations. L’explorer implique l’effort d’un élargissement de la vision. Ce volume, Le roman latino-américain, examine les problèmes spécifiques de ce domaine d’un point de vue théorique, qui aborde la place de ces textes dans l’imaginaire culturel universel, ainsi que dans une perspective analytique, selon la façon dont ces aspects de l’imaginaire deviennent réels dans les mondes fictifs.


Sommaire


Cornelia Vlad, Latin America and the Fascination of the Short Story

Olivia Petrescu, Espacio e identidad en las literaturas hispánicas

Mihaela Ursa, No Man’s Text: Where Should the Author Go?

Catarina Sant’Anna, L’éternel retour de la marche vers l’Ouest au Brésil - entre epopée et drame

Rodica Ilie, Cultural Anthropophagy. A Poetic Counter Ideology. Pau Modernism – Futurism’s Re-signification

Hugo Francisco Bauzá, Un fenómeno de transculturación de imágenes: A propósito de las Sibilas de San Telmo

Iulia Bobăilă, Octavio Paz y la “otra orilla”

Dan Rujea, Rubén Darío entre mística y erotismo

Eduardo Ramos-Izquierdo, Juan Rulfo: artificios y variaciones

Ricardo Alcantarilla Martínez, Lectura genética de “Arrabal” de Jorge Luis Borges

Elena Bortă, Borges, the Romanian Mythical Fiction and the Saga

Francimar Arruda, O romance brasileiro pelas veredas de Guimarães Rosa

Rodica Grigore, Alejo Carpentier. La verdad de la historia y la historia de la verdad

Aurora Bagiag, Voyage aux confins de l’art dans Le Partage des eaux d’Alejo Carpentier

Andrei Simuţ, Apocalypse, Solipsism, and Millennialism in The War of the End of the World by Mario Vargas Llosa

Corin Braga, Ernesto Sábato. Cécité et inceste

Ruxandra Cesereanu, Ernesto Sábato and Julio Cortázar – entangled in the sprawling cities

Anda Ionaş, L’éros dans les récits de Julio Cortázar

Edith Gelu, Macondo – El Ombligo del mundo

Doru Pop, About the cinematic adaptation of Love in the Time of Cholera. Notes on Cinema and Literature

Zoica Ghiţan, The Metamorphosis of Marquezian Nights in One Hundred Years of Solitude

Viorel Rujea, Un tema de la literatura fantástica en un cuento de A. B. Casares

Iulia Micu, Imaginary Intimacy as a Death Metaphor in La Invención de Morel by Adolfo Bioy Casares

Simona Ardelean, Auster and Casares or Life between Movies and Reality

Gisèle Vanhese, « Danzar con el sol ». Écrire le mythique dans Alejandro y los pescadores de Tancay de Braulio Muñoz

Andrada Fătu-Tutoveanu, Images of Otherness in the Chilean Exile Literature. A Pretext: Isabel Allende’s Daughter of Fortune

Sanda Valeria Moraru, Revistas del exilio rumano en América Latina (1944–1989)

Compte-rendus