CAHIERS DE L'ECHINOX

CAIETELE ECHINOX. VOLUME 22 / 2012
IMAGINAIRE, MYTHE, UTOPIE, RATIONALITE
HOMMAGE A JEAN-JACQUES WUNENBURGER

Coordinateur: Corin Braga

carte
ISSN 1582-960X (RO);
ISBN 978-2-36424-245-6 (FR
Anul apariției: 0
Format:
Nr. pagini: 0

Plus de 50 ans déjà se sont écoulés depuis que Gilbert Durand a publié son volume fondamental Les structures anthropologiques de l’imaginaire et a créé le Centre de Recherche sur l’Imaginaire de Chambéry. La première génération de chercheurs qui ont structuré et développé le concept et les méthodes de l’imaginaire (Gaston Bachelard, Gilbert Durand, Mircea Eliade, Henry Corbin, Roger Caillois, etc.) a été relayée par une deuxième génération, qui se trouve maintenant à sa complète maturité créatrice: Claude-Gilbert Dubois, Jean-Jacques Wunenburger, Philippe Walter, Joël Thomas, Gerard Peylet, Lucian Boia, Jean-Pierre Sironneau, et bien d’autres. Le réseau des CRI, bien que souffrant en ce moment des réformes universitaires, a pris une ampleur mondiale, comptant plusieurs Centres et groupes en Italie, Espagne, Portugal, Belgique, Pologne, Roumanie, Israël, Japon, Mexique, Argentine, Brésil, Afrique du Sud, etc. Les temps changent, les mentalités aussi, et les recherches sur l’imaginaire sont parties dans des directions qui évoluent avec l’époque, incorporant les innovations de la cybernétique et des réalités virtuelles, des médias globaux, de la postmodernité.
Considérés par Gilbert Durand comme structures anthropologiques, les régimes de l’image se retrouvent théoriquement partout, dans la vie sociale et la psychologie collective, dans l’histoire, dans les religions, la littérature, les beaux-arts. Si l’on accorde à Platon que la reine des disciplines de l’esprit reste la philosophie, il revient à un philosophe, Jean-Jacques Wunenburger, de donner une « philosophie des images ». Fondateur du Centre Gaston Bachelard de recherches sur l’imaginaire et la rationalité de Dijon, Jean-Jacques Wunenburger a remis en question les rapports entre imagination et raison, pour redéfinir la place que cette « folle du logis » (si ingratement traitée par les philosophes classiques) occupe dans la grande maison des fonctions de la connaissance.
Ce volume des Cahiers Echinox est un hommage aux contributions que Jean-Jacques Wunenburger a apporté à la connaissance de l’« arbre aux images » et de la « raison contradictoire ». Il comporte plusieurs volets, qui représentent une partie des domaines et des concepts explorés par le philosophe : l’imaginaire, le mythe, l’utopie, la rationalité. Chaque volet combine deux intentions, analytique et émulative : études et commentaires dédiés aux travaux de Jean-Jacques Wunenburger sur les thèmes respectifs ; textes en son honneur, « mélanges Wunenburger », écrits dans son sillage, utilisant ses méthodes et éclaircissements conceptuels.


Sommaire


Corin Braga, Avant-propos [7]

Imaginaire

Alberto Filipe Araújo, De l’éducation ou de la métamorphose de l’âme : Sous l’influence de Jean-Jacques Wunenburger [11–26]
Alvaro de Pinheiro Gouvêa, Une parole sans image est-elle concevable ? [27–38]
Felix Nicolau, Imagination between Fiction and Lie [39-45]
Sorin Alexandrescu, Quinze ans après : La Philosophie des images aujourd’hui. Essai de biographie intellectuelle [46-]
Lambros Couloubaritsis, L’ère de l’art profusionnel [71-80]
Anna Caiozzo, Une si discrète présence : l’eau, le jardin et le roi dans les miniatures de l’Iran médiéval [81-97]
Julien Béziat & Pierre Sauvanet, Imaginaire et rationalité cartographiques [98–112]
Arlette Chemain, L’image de la femme en ses métamorphoses – Écritures subsahariennes de langue française (1950–2010) [113–123]

Mythe

Jean Libis, Le bois de laurier ou la dissimulation du sacré [127–134]
Claude-Gilbert Dubois, Interdit religieux et mythologie de subterfuge. Le thème sacrificiel dans l’opéra [135–146]
Myriam Watthee-Delmotte, L’efficience du rite et la production du sacré : taches aveugles des études littéraires [147–156]
Barbara Sosien, Perséphone ou Eurydice ? Antithèse ou inversion ? [157–165]
Silviu Lupaşcu 166 L’Ascension de la Lumière. Chorégraphies ontologiques en soufisme, hindouisme, manichéisme [166–176]
Gisèle Vanhese, De la technique à l’imaginaire. Le Puits dans l’œuvre de Lorand Gaspar [177–188]
Constantin Mihai, Les représentations de l’image religieuse au niveau de l’élite intellectuelle [189–198]

Utopie

Andrei Simuţ, Jean-Jacques Wunenburger: Theory of Utopia or the Utopia of Total Theory? [201–206]
Joël Thomas, Icône et idole. Les avatars de la copie, de Platon à notre monde contemporain [207–217]
Corin Braga, Le désenchantement du voyageur utopique dans la littérature classique [218–235]
Rodica Chira, Burlesque et science-fiction dans le paradis cyranesque [236–256]
Radu Toderici, L’utopie à l’âge classique. Quelques éléments pour la création d’un genre littéraire [257–268]
Paolo Bellini, Technologies de l’hybridation entre éthique, pouvoir et contrôle [269–280]
Ruxandra Cesereanu, Communist Ideological Dystopia. The Newspaper Scânteia (1944–1950) – a “collective linguistic delirium” [281–287]

Rationalité

Simon-Pierre Mvone-Ndong, A l’aune d’une expérience initiatique chez Wunenburger [291–300]
Renato Boccali, La philosophie en temps de détresse [301–309]
Ionel Buşe, Vers une philosophie de la dualitude ? [310–319]
María Noel Lapoujade, Wunenburger ou la philosophie bien tempérée [320–324]
Jean-Philippe Pierron, Ni général, ni géographe, philosophe [325–335]
Francimar Arruda, L’errance du bonheur [336–341]
Hugo Francisco Bauzá, La transdisciplinarité [342–352]

Book Reviews [353–390]